Association nationale des chômeurs - Comités de chômeurs et de démunis – Syndicat national des chômeurs



Siège social rue Albert Dupuis "Rouen les sapins 76". Association déclarée en préfecture de Rouen en décembre 1993. Dossier 13912. "organisme social et humanitaire". Ne pas envoyer de courrier à cette adresse Contact par mail. Si cela ne fonctionne pas, faîtes un copié collé dans votre boite mail associationanc@orange.fr



L'association

Statuts Juridiques

Mouvement politique et syndicat des chômeurs

Mentions Légales



économie solidaire et sociale

L'association nationale des chômeurs propose de grandes idées pour mettre les chômeurs au travail. Création d'entreprises sociales et citoyennes, fonctionnant avec le système 3D "trois dimensions de gestion" explication dans ce plan ci-dessous. Et plus encore des concepts de métiers nouveaux de services d'aide à la personne.  Le système a été testé par des chefs d'entreprises. Des artisans, des commerçants et des chefs d'entreprises PME ont utilisés des idées pour offrir du travail à leurs clients dans les années quatre vingt et quatre vingt dix.  Des millions de personnes qui vivent en dessous du seuil de pauvreté et légèrement au dessus. Il y a aussi des retraités qui ont un faible pouvoir d'achat, nous avons pour eux prévu des activités lucratives, activités non pénibles.

Les entreprises privées n'ont qu'un seul but "le profit"  Les entreprises que nous voulons créer n'ont pour seul but celui de mettre les chômeurs au travail dans la production, la prestation de service et la vente

Des milliers de chômeurs se suicident. Ils pourraient travailler avec cette solution que nous proposons et qui ne coûterait rien aux contribuables. En 2003, une année de grande sécheresse qui fit mourir plus de quinze mille personnes âgées.  Monsieur Raffarin s'en inquièta et fit travailler une journée les salariés pour remédier à ce problème. Nous proposons de faire travailler les salariés une heure par semaine et pas bénévolement. Cela nous permettrait de mettre au travail les chômeurs en grande difficulté pour qu'ils ne pensent plus au suicide. Nous pouvons faire plus encore.  Monsieur Macron aurait-il le droit de laisser mourir ces pauvres chômeurs?   Qui lui accorderait ce droit. Il ne propose rien pour faire cesser ces suicides.

La mort de chômeurs aurait-elle moins d'importance que celle de personnes âgées. En France que vaut la vie d'un chômeur?

 



Le plan de création d'emplois est sous cette lettre


 

 à Madame la Ministre du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle

127, rue de Grenelle 75007- Paris


 

 

 Madame la Ministre,

 L’association que j’ai la responsabilité de présider a notamment pour objectif de favoriser la création « d’entreprises sociales et citoyennes », par l’intégration des trois dimensions de gestion que sont la production, les prestations de services et la vente. J’ai été l’initiateur de ce plan, inspiré de ma propre expérience de chef d'entreprises, d’artisan et de commerçant.

La spécificité de ce projet est de s’intéresser à des produits dits « bas de gamme », type de productions généralement considérées comme non viables en raison d’un coût trop élevé de la main d’œuvre, bien qu’il se traduise pour notre économie par des millions d'heures de travail perdues.

Les entreprises sociales de production qui seraient concernées, permettant l’embauche de très nombreux chômeurs, produiraient des articles qui seraient vendus à bas prix, à l’instar de ceux que nous importons massivement de pays tels que la Chine. La captation des bénéfices ne serait pas en effet l’objectif principal, raison pour laquelle des entreprises similaires implantées en France ont délocalisé leurs productions. La notion « d’entreprise sociale et citoyenne » correspond à cet égard à l’objectif premier du projet, qui est de permettre la remise au travail de chômeurs, tout au moins dans une période intermédiaire, en attendant qu'ils retrouvent un employeur et donc une perspective d’embauche plus pérenne. Les trois composantes du plan précédemment évoqué, dit « Système 3 D », sont de nature à garantir la viabilité économique du projet dans la mesure où l’activité de production, - première composante -, est au service des deux autres qui sont la prestation de service et la vente, secteurs qui génèrent des bénéfices.

Pour consolider le plan de financement de ces entreprises, le projet pourra inclure des propositions faites aux salariés telles que celle de les faire travailler une heure de plus par semaine en contrepartie d’une rémunération en « euros solidaires » qu'ils pourront investir en consommant les produits de l’entreprise elle-même. En parallèle, la création d'une banque solidaire permettrait à ces « euros solidaires » d’augmenter le pouvoir d'achat des consommateurs qui pourront profiter de la création de richesses réalisée par ces entreprises. D’autres propositions ont été imaginées pour financer leur création. Elles sont exposées dans le « plan de création d’emplois » publié sur le site http://reseaurdess1.e-monsite.com. Son objectif est bien de pouvoir faire travailler les salariés autrement, afin qu’ils deviennent tout à la fois des investisseurs et les premiers consommateurs de tout ce qui sera produit par ces entreprises sociales et citoyennes.

Madame la ministre, mon association témoigne de la souffrance de milliers de chômeurs qui cherchent du travail. Monsieur Macron propose de grands changements dans notre société, et nous sommes convaincus que notre proposition participerait de cette mutation, d’un grand espoir pour l'avenir des chômeurs et des jeunes qui souffrent inutilement. Du point de vue de notre économie enfin, notre projet permettrait de produire ce que nous importons massivement, ce qui ne serait viable que dans les entreprises sociales que nous voulons créer, avec un prix comparable à celui de produits importés de pays étrangers exploitant leur main d’œuvre.

Madame la ministre du travail, je vous prie de bien vouloir examiner ce plan et de me faire part de votre avis à son sujet. Je reste bien sûr à votre disposition pour tout élément d’information que vous-même ou vos services souhaiteraient obtenir.

Dans cette attente et vous en remerciant par avance, je vous prie d’agréer, Madame la ministre, l’expression de  ma très haute considération.


  

<<  Plan "solution" de création d'emplois en entreprises citoyennes ou sociales - Industrie et Economie solidaire >>

 

Plusieurs  milliards d'euros de marchandises importées chaque année de Chine _ Combien pour l'inde, l'asie, l'afrique et d'autres pays? Avec le plan de création d'entreprises que nous proposons,  nous pouvons produire ce que nous importons et vendre au même prix. "Avec le système 3D "trois dimensions de gestion". Combien d'entreprises qui produisaient du bas de gamme ont du délocaliser parce que le profit était devenu impossible  "main d'oeuvre trop coûteuse"

Ce plan ne coûterait rien aux contribuables -  Chaque salarié peut travailler une heure de plus par semaine pour le financement de la création d'entreprises sociales et citoyennes . Une heure de plus de travail qui sera rémunérée "en euros solidaires, c'est du pouvoir d'achat" offert par le réseau de développement de l'économie solidaire et sociale que nous proposons de remettre en activité pour faire travailler les chômeurs. On crée des richesses et on les partage un peu avec ceux qui font vivre les entreprises qui seront créées

 Une entreprise sociale, c'est pour produire des richesses qui iront dans la poche des salariés, une entreprise privée, c'est pour enrichir des actionnaires très avides de profits et qui n'hésitent pas à mettre au chômage des millions de salariés pour gagner plus ailleurs. La France peine à se sortir de ce capitalisme cruel. Il existe des SCOP "société coopératives ouvriéres".  Il en faudrait des milliers.

 

Explication du plan n°1 -   1 - Création d'entreprises citoyennes     2 -   la compétitivité dans les entreprises citoyennes  - - le financement de ces entreprises  et à capital gestion -

 

-  1 -  Les entreprises sociales que nous voulons créer  seraient gérées en système 3D - trois dimensions de gestion et plus. Elles seront la propriété des salariés. Elle seront gérées par l'association nationale des chômeurs et sous le contrôle de l'état.  Trois dimensions de gestion, c'est trois activités. "Production, prestation de services et ventes de produits divers".. La prestation de services divers et la vente de produits "offrent des bénéfices" cela comblera le coût élevé de la production bas de gamme "en main d'oeuvre".

. Le système 3D a été testé par plusieurs chefs d'entreprises de PME en Normandie. Pour créer ces entreprises sociales on peut aussi acheter des PME en difficultés, des restaurants, des boutiques, on double le personnel et on change la gestion. Les PME  fonctionnant avec notre système de gestion,  auront une banque solidaire qui donnera du pouvoir d'achat aux consommateurs, par l'euro solidaire. Vous placez 10 euros et vous recevez "15 euros solidaires" pour consommer dans nos boutiques.  Exemple - Un achat de 10 euros, égal deux euros  de moins à donner, ou plus encore. C'est aussi valable pour la prestation de service.

 

Ce système 3D rend une entreprise compétitive.. En créant une entreprise sociale pour y produire seulement des produits comme ceux que nous importons, cela n'est pas rentable pour des actionnaires ou des investisseurs qui veulent réaliser de gros profits. Cela devient rentable avec le système 3D.  Pour faire travailler le plus possible de chômeurs, salariés sans qualifications, les entreprises sociales seront liées les une aux autres, il y aura une direction centrale de ces entreprises et une gestion collective des entreprises sociales. Le réseau prévoit la création d'entreprises à capital gestion. Explication plus bas.

 

Ce système  est fiable mais il ne peut être géré que dans des entreprises sociales.  Nous proposons de créer d'autres statuts juridiques d'entreprises. Il ne faut pas faire travailler un ouvrier 35 heures dans le même travail, il se fatigue et devient moins productif.  Dans une entreprise sociale un salarié deviendra,  un investisseur et un consommateur de ce que nous produirons et vendrons. Il obtiendra un revenu complémentaire.  Un salarié pourra aussi devenir "salarié indépendant dans le réseau"  pour travailler plus et pour gagner plus. Il pourra gérer des sites de vente de notre production.

 

Dans les entreprises sociales que nous voulons créer les salariés travailleront le matin dans la production et l'après midi dans la vente ou la prestation de service.  Nous avons testé cette manière de travailler et les salariés étaient très motivés. Un salarié doit devenir polyvalent, il doit se former pour passer d'un emploi à un autre plus intéressant et plus rémunéré..

 

 

-  La compétitivité -

-  2 -  La compétitivité -  n'est plus un problème avec le plan  que nous proposons. C'est en produisant les mêmes produits  que nous importons massivement de chine et d'ailleurs que nous pouvons créer des emplois. Avec une forme différente et d'une qualité supérieure qui sera vendue au même prix.

 

La chine et d'autres pays nous privent de plusieurs millions d'heures de travail. Les consommateurs français dépensent des milliards d'euros pour faire vivre les entreprises chinoises et d'autres pays qui exploitent copieusement les salariés. S'ils veulent vendre leur production qu'ils augmentent leurs salariés qui auront plus de pouvoir d'achat pour acheter - 

 

Cet argent doit être dépensé en France pour faire vivre les chômeurs et les mettre au travail. On ne va pas chercher un plombier en chine parce qu'il serait moins cher. Payez moins cher ce que l'on achète comme produits d'importation c'est donner la mort à des milliers de chômeurs.     Le système 3D "trois dimensions de gestion d'une entreprise" que nous proposons de mettre en pratique est une grande solution pour faire travailler tous les chômeurs. Cette solution ne coûterait rien aux contribuables...

On donne de l'argent aux entreprises pour embaucher - c'est l'argent des contribuables. Pas avec le système ce que nous proposons.

 

Pour faire fonctionner ces entreprises sociales une partie des allocations chômage et du RSA pourraient être utilisées. Personne ne propose de créer des emplois comme nous le faisons. Les ministres de l'emploi nous disent que des idées comme les nôtres leur sont proposées et qu'ils s'en occupe.  Ce n'est pas vrai  car le chômage ne diminue pas. Plus de sept millions de personnes sont à la recherche d'un emploi -

 

Consommateurs rien ne vous empêche d'acheter des produits fabriqués en France et au même prix que ces produits d'importation. Nous vous invitons tous à le faire en achetant ces produits que nous pouvons fabriquer dans des entreprises d'actions sociales . Nous vous donnerons des euros solidaires - c'est du pouvoir d'achat.

 

 

La France doit s'adapter et faire face à tous les problèmes dans le domaine de la production et de la compétitivité. L'industrie solidaire qui est proposée ici c'est une solution pour sortir du chômage et pour prévoir l'avenir. La robotisation mettra beaucoup de personnes au chômage. Avec l'industrie solidaire la perte d'heures de travail  sera compensée en faisant des salariés des actionnaires.  Les salariés travailleront moins et ils auront du temps pour les loisirs. L'industrie du loisir intéresse aussi le réseau.

 

<Financement des entreprises sociales et en capital gestion>

  2 -  Explication pour le financement des entreprises d'actions sociales que nous voulons créer pour mettre les chômeurs au travail. Cela peut se faire en faisant travailler les salariés une heure de plus par semaine ou par mois. Sans utiliser le bénévolat, ils seront rémunérés.

Nous avons organisé plusieurs réunions, nous avons invité des salariés. Tous étaient d'accord pour travailler une heure de plus par semaine. Si les salariés pouvaient travailler une heure par semaine, cela nous ferais un capital de plus de dix milliards d'euros par an pour créer des entreprises sociales. Nous avons aussi des idées pour collecter des fonds. Création d'un téléthon "création d'emplois".

 

Nous pourrions collecter entre 10 et 50 milliards d'euros avec nos idées. Les salariés recevront des euros solidaires pour cette action de solidarité. Un euro solidaire a la même valeur qu'un euro, mais il devra être consommé dans nos magasins et boutiques et chez les prestataires de services du réseau RDESS où tout sera moins chère "sans faire de concurrence déloyale". Vous devez savoir que quand vous achetez une paire de chaussure "30 euros ou plus" plus de la moitié du prix c'est pour le commerçant..

 

Dans le réseau  tout sera moins cher qu'ailleurs.. En plaçant un minimum de 10 euros par mois dans la banque d'actions sociales, vous serez un consommateur très gagnant.. Nous vous donnerons 15 euros - en euros solidaires que vous pourrez consommer dans nos boutiques et chez des commerçants partenaires de notre réseau d'actions sociales. 

 

Aidez financièrement la création d'entreprises d'actions sociales cela ne vous enlèvera pas de pouvoir d'achat - Le réseau vous aidera à gérer votre pouvoir d'achat - ce qui créera un nouveau métier - celui de coach conseiller en pouvoir d'achat - Nous créerons des centrales d'achat pour faire baisser les prix - Les commerçants partenaires vous donneront eux aussi des euros solidaires.

 

Capital de départ pour la création d'entreprises sociales et privées que nous voulons créer.

Si on ne peut pas faire travailler une heure de plus par semaine ou par mois les salariés, l'état doit pouvoir nous offrir un capital de départ pour que nous puissions créer un premier grand groupement d'entreprises sociales. Ce capital serait de plus 10 millions d'euros. La création de ce premier groupement d'entreprises sociales nous permettrait de montrer aux français ce que nous pouvons faire pour créer des emplois.

Avec ce plan, nous avons la certitude de pouvoir mettre au travail tous les chômeurs. Dans la production, la prestation de services et la vente de produits.

La création d'un grand patrimoine national d'entreprises sociales et solidaires , cela aura pour effet de redonner confiance aux français, ils se remettront à consommer et à avoir confiance en l'avenir. Les entreprises sociales et solidaires que nous voulons créer seront gérées  partie par  des salariés de ces entreprises. Un patron de ces entreprises ne peut être un fonctionnaire - les salariés ne le veulent pas.

 

Nous créerons des entreprises privées - en capital gestion - Un chef d'entreprise salarié pourra acheter la  gestion d'une entreprise qui sera la propriété du réseau - il sera salarié et obtiendra une part des bénéfices -  Pour une petite entreprise ce sera un minimum de 50 mille euros - il pourra revendre la gestion avec une plus value - si le chiffre d'affaire aura augmenté.